FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR 4 TEMPS

TEXTE DE VARIEL  DOC DE MOTO GUZZI INSIDE

 

 Petit rappel : nos moteurs fonctionnent selon le cycle à 4 temps dit "de Beau de Rochas". 

Ce cycle se décompose ainsi : 
1/ Admission, le piston descend 
2/ Compression, le piston remonte 
3/ Explosion et détente, le piston descend, c'est le seul temps moteur du cycle 
4/ Échappement, le piston remonte 
Et on recommence : 1/ 2/ 3/ 4/ … 

On peut remarquer qu'on a 2 courses ascendantes du piston, et 2 courses descendantes, d'où la dénomination de cycle "à 4 temps". 
Cela demande d'effectuer 2 tours de vilebrequin. 
Le point où la course du piston change de sens s'appelle le point mort. Comme on a 2 changements de sens à chaque tour, on a donc 2 points morts par tour, l'un en haut, point mort haut, et l'autre en bas, point mort bas. On les désigne en abrégé par les sigles PMH et PMB respectivement. 

Pour des raisons technologiques dues entre autres à la vitesse de propagation du front de flamme, l'étincelle déclenchant la combustion du mélange doit se produire avant le PMH de fin de compression. 
La valeur angulaire entre le déclenchement de l'étincelle et le PMH s'appelle avance à l'allumage. 
De même, les ouvertures et fermetures de soupapes commencent avant les points morts, et se terminent après les points morts. 
On appelle la valeur angulaire entre le début d'ouverture et le point mort correspondant : avance à l'ouverture, et celle entre le point mort et la fin de fermeture : retard à la fermeture. 
On aura 4 valeurs, 2 pour l'admission, avance à l'ouverture d'admission (AOA), retard à la fermeture d'admission (RFA), et 2 pour l'échappement, désignées couramment pas AOE et RFE. 

On constate donc que les points morts fournissent un point de repère pour le réglage du moteur. Le PMH de compression est le plus critique, étant donné que c'est à son approche qu'est déclenché l'allumage. 
Pour que celui-ci se produise dans des conditions adéquates, ainsi que la combustion et la détente subséquentes, il convient que les soupapes d'admission et d'échappement soient fermées. 
C'est dans ces conditions qu'on a le jeu le plus grand entre soupapes et culbuteurs. 
D'où l'importance relative du PMH de compression. 


Le PMH d'échappement n'est pas inutile en soi, il existe, et c'est tout. D'autant qu'on n'a pas encore trouvé le moyen de s'en passer. 

LMT

 

moteur-les-4-temps.jpg

Date de dernière mise à jour : 26/09/2015